Les leggings, Fashion ou pas ?

Avant de hurler NONNNN !!!! Un bilan s’impose.

L’ancêtre du legging est le fuseau, il s’agit d’un legging disposant d’une bande qui passe sous le pied et qui permet au fuseau de rester en place.  Le fuseau a été introduit en 1960 mais la version actuelle a connu un fort succès dans les années 80 avec les caleçons moulants qui ne sont autres que des leggings. A l’origine cette pièce est un sous-vêtement, principalement retrouvé dans les salles de sport.

En 2006, le legging est entré dans nos garde-robes et est décliné dans de nombreux coloris et de nombreuses matières bien qu’il soit souvent constitué d’élasthanne.

Une mise au point doit être faite, le legging ne va pas mais alors absolument pas à toutes les morphologies. Les seules filles qui peuvent se permettre le legging, sont les filles grandes, minces avec des jambes parfaites. Pourquoi ? Tout simplement parce que le legging va mettre en évidence tous les défauts des jambes.

Pour les filles rondes, le legging est la pièce indispensable si on veut se faire surnommer cochonou (référence au saucisson…). Bien que je ne sois pas spécialement ronde, je ne m’autorise pas à porter des leggings car mes jambes sont loin d’être parfaite…

Si on fait partie du très faible pourcentage de la population qui peut porter des leggings, on évitera ceux avec des motifs douteux (type animal, géométrique, tête de mort, dessin animé…) ou de couleur ressemblant à la peau sinon ça donne l’impression d’être nue…  On choisira plutôt son legging dans une matière noble comme le cuir, même si c’est un budget c’est mieux que le simili qui peut vite faire cheap s’il n’est pas de bonne qualité. Dans tous les cas, le legging se porte avec un haut long pour cacher les fesses, ce n’est pas un pantalon ! A bon entendeur…

Si vous voulez mettre vos jambes en valeur, je vous conseille plutôt une jupe adaptée à votre morphologie (voir article « les jupes ») avec un collant opaque. Certaines marques font des collants intelligents : galbant, minceur, ventre plat…

Publicités

Un corps de bombasse avec le bon pantalon

Définition du Larousse

Pantalon (nom masculin) : Culotte à jambes longues descendant jusqu’à la cheville.

Le pantalon dérive de « Pantalone », qui est le nom d’un personnage de Commedia dell’arte, dont le costume comporte ces culottes longues typiques.

Le pantalon n’est pas une invention récente puisqu’il serait porté depuis la préhistoire. Dans l’Antiquité, le pantalon était hautement relié à la domestication du cheval et était porté à la fois par les hommes mais également par les femmes. Les romains avaient quant à eux rejeté le pantalon qui était associé aux barbares (voir article sur les jupes 😉 ). Cependant, l’expansion de l’Empire romain vers des contrées lointaines, a poussé les soldats à revêtir cet habit pour se protéger du froid.

Au Moyen-Age, le pantalon dérivé des chausses qui étaient portés par les hommes. A la révolution française, le pantalon n’est porté que par le peuple tandis que les aristocrates et bourgeois portent des culottes. Les « sans culottes » arborent le pantalon comme signe révolutionnaire.

A partir de 1830, le pantalon commença à s’imposer notamment en Angleterre.

Le pantalon est resté longtemps un habit masculin, des ordonnances spécifiques empêchées d’ailleurs les femmes de revêtir le pantalon et donc de s’habiller en homme.

Durant la première guerre mondiale et la seconde guerre mondiale, les femmes portaient les pantalons de leurs maris partis au front, notamment pour les activités de loisir extérieures. Ce n’est qu’en 1960 que le pantalon fit son entrée dans la garde-robe féminine de façon claire avec l’introduction de cette pièce dans les collections de André Courrèges et Yves Saint Laurent.

Le port du pantalon par les femmes est répandu dans de nombreux pays. Cependant, quelques pays, à l’instar du Soudan considère encore cet habit comme une tenue indécente pour les femmes. Des lois interdisent encore leur port.

J’ai des hanches larges

Le but ici est d’éviter d’attirer le regard sur cette zone problématique. Tout d’abord quelques règles simples, on élimine les couleurs pétantes et les motifs qui ont tendance à donner du volume. La coupe idéale quand on a des hanches larges, est un pantalon coupe droite. Il faut éviter les coupes larges qui vont épaissir et tasser votre silhouette. On misera également sur de belles chaussures à talons pour allonger la silhouette. Si on les choisit en couleur (escarpins rouges avec un pantalon noir, so sexy !) on attira le regard sur le pied et non sur la hanche ! 😉

Je suis ronde

La plus grande difficulté consiste à dégoter The pantalon qui flattera les rondeurs sans comprimer. Evite à tout prix le legging qui va mouler chacun de nos petits bourrelets sans aucune pitié ! On choisira principalement un pantalon à la coupe droite assez long pour ne pas tasser la silhouette et avec une taille légèrement sous le nombril. On choisit des couleurs sombres dans des matières fluides pour alléger l’allure au maximum ! Une astuce consistera à choisir son pantalon orné de poches plaquées sur le devant afin de gommer les rondeurs à cet endroit. Evitez les pantalons bootcut et les pantalons larges pour ne pas épaissir vos jambes. Les talons vertigineux (à condition de savoir marcher avec sans se vautrer…) seront idéals pour étirer la silhouette !!!

J’ai des grosses cuisses

Les cuisses ne doivent pas ressortir puisqu’elle prédomine la silhouette. On évitera donc tous les pantalons moulants tels que le legging (qui ne devrait exister que dans les tailles enfants), le slim, ou le skinny. On choisira plutôt un pantalon bootcut qui va créer du volume au niveau du tibia et rééquilibrer la silhouette.

Je suis petite et mince

Le slim et le pantalon cigarette seront à choisir, principalement dans des teintes claires (en essayant de ne pas se tacher avec les spaghettis bolognaises du déjeuner…). Pourquoi ? Le pantalon slim étant très moulant, il permet de donner une illusion de longueur aux jambes. Le pantalon cigarette permet de féminiser au maximum un look, à condition qu’il soit porté avec des talons hauts ! On évitera les pantacourts et les pantalons 7/8 puisqu’ils vous feront paraitre plus petite et ce n’est vraiment pas ce que l’on recherche… On peut se permettre aussi un pantalon évasé dans le bas pour structurer la silhouette, à condition de mettre des talons très hauts en dessous qui permettront d’allonger les jambes.

Je suis grande et mince (Veinarde !!!)

Et oui veinarde !!! On peut le dire puisque pratiquement tout vous va. Des pantalons larges au bootcut en passant par le slim, voir le skinny, tout est possible. On choisira notre pantalon taille basse pour un effet bombasse assurée (mais on évitera le string qui dépasse car ce n’est pas très glamour). Les pantalons en cuir ou huilés permettront de donner du relief à vos jambes de déesse et de vous donner une allure super sexy ! Comme tu es grande, tu peux porter ton pantalon avec des ballerines ou des tennis tendances mais si tu es une irréductible des talons hauts, lâche-toi, on a qu’une vie ! 😉

La Chrononutrition

La chrononutrition est fondée sur le principe que l’on peut manger de tout, à condition de manger les aliments au bon moment de la journée. Cette méthode qui ne date pas d’hier (1986), a été « testée » par une équipe médicale. On peut se poser la question de la véracité de cette étude puisque le trésorier de l’Institut de Recherche Européen sur la Nutrition et la Santé (IREN’S) n’est autre que l’inventeur de la méthode. Vous pourrez trouver leur site sur irens.free.fr

Oui oui vous avez bien lu, un institut européen qui ne s’est même pas fendu de 20 euros par an pour un nom de domaine… Allez y ça vaut le coup d’œil je trouve.

 

Très intéressée par cette méthode qui promet des résultats spectaculaires en peu de temps et en se gavant de fromage et autres joyeusetés, je me suis donc délestée de 35 euros environ pour acheter « Mincir sur mesure » et « 220 recettes rapides pour mincir vite et rester mince ».

 

La chrononutrition

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi ça m’a fait très envie, surtout le deuxième puisque sur la quatrième de couverture, on nous parle de tarte au reblochon (miam), magret de canard au cidre (miam miam), poires au caramel à la réglisse (l’écume aux lèvres me guette). J’avoue que j’ai été septique mais ce régime est énormément plébiscité sur la toile et dans les médias, je me suis dit pourquoi pas. Pour garder la motivation, j’ai proposé à Monsieur de faire ce régime avec moi. Inutile de préciser que quand je lui ai dit qu’il aurait une excuse pour se gaver de Maroilles le matin, il n’a pas cherché plus loin… lol

 

Ma première lecture s’est focalisée sur « Mincir sur mesure ». Ce livre est décomposé en plusieurs parties :

-Introduction

-La méthode Delabos

-L’application des principes de chrononutrition

-Votre journée type

-Comment suivre ma méthode dans les meilleures conditions

-Les cas particuliers

-Les troubles métaboliques

-Solutions à l’attention de tous ceux qui ont des difficultés à suivre un mode d’alimentation régulier

-Ultimes conseils

-Conclusion

-Recettes

-Annexes

 

Je ne détaillerai pas toutes les sections et je m’arrêterai à la partie journée type, vous comprendez pourquoi…

 

Dans l’introduction, on nous fait un laïus sur les régimes « diet » et autres privations en nous disant que c’est le mal absolu. Ensuite il nous introduit la notion de morpho-nutrition en nous expliquant qu’il ne faut pas être se focaliser sur le poids affiché sur la balance mais plutôt sur l’image que l’on renvoit. Ca démarrait pas mal et là je ne sais pas, ça commence à me refroidir. Car je ne sais pas vous mais j’ai toujours un truc à redire vis-à-vis de mon corps : « mes seins sont minuscules, mon popotin est trop gros, mes cuisses sont épaisses, ma taille est moins marquée qu’avant… » donc l’idée du miroir n’est pas l’idéal puisque la plupart des personnes (et pas seulement les femmes, hein !) ne sont pas satisfaites de leur image… Mais bon, continuons la lecture…

On nous explique que si on a une culotte de cheval et pas de sein, ce n’est pas la faute aux vilains gênes mais plutôt aux erreurs nutritionnelles… Mais avant de nous culpabiliser entièrement, on prend quand même 3 secondes pour « vérifier » notre état de santé biologique (ouahhh que ça fait scientifique tous ces termes techniques). Pour être encore plus crédible, on nous affiche un tableau « Bilan Biologique » avec les organes et l’examen biologique de référence (Ex : Foie : Cholestérol, Triglycérides, Gamma GT…). Le brave Doc nous explique ensuite que grâce à son régime on va aussi éliminer nos problèmes de santé… c’est merveilleux quand même ! lol

Maintenant que nous sommes bien renseignés (mouai…) on nous explique enfin la teneur de la méthode. On a tout d’abord droit à un historique de la chose et une explication de comment la méthode a été développée. Ensuite on évalue notre morphologie, les paramètres utilisés sont : le poids, le tour de poitrine, le tour de taille, le tour de hanches, la largeur du poignet et la hauteur. On a un petit schéma à remplir des fois que l’on serait débile (peut-être un peu puisqu’on a claqué notre argent là-dedans…) et que l’on ne serait pas faire un tableau de données mais soit…

On nous prend vraiment pour des biquettes puisqu’on nous explique comment mesurer chacune des mensurations (si si je vous jure), à coup de texte et de schéma (notamment pour le poignet parce que Oulà c’est technique un poignet à mesurer !). Ensuite des calculs savants doivent être entrepris pour connaitre vos poids idéal (alors que dans les pages précédentes on nous avait pourtant dit que le poids n’était pas important…). Je vous passe les détails parce que vous verrez que finalement ces mesures ne servent à rien…

 

Il faut ensuite définir notre morphotype : sablier, chéops, monastique, Scwarzy et tronc d’arbre… Et là c’est la prise de conscience, est-ce que je suis un moine ou un arbre ? La question existentielle de l’année… !

 

Le Doc nous explique que les personnes qui mangent trop de sucre et de fruits ont de gros seins (et un gros popotin)… Curieusement, je n’ai retenu que les gros seins… Je n’avais pourtant pas remarqué qu’en me gavant de M&Ms j’avais pris une taille de bonnet… Remarquez, je n’ai pas encore essayé de mettre un paquet de 1kg de ces délicieuseries dans mon soutif 😉

Ensuite, si on mange du gras, on va avoir un gros dos… personnellement le kebab a plutôt tendance à s’accumuler sur mon bide mais bon…

Alors que juste au-dessus on nous a dit que le sucre et les fruits nous aident à avoir de gros seins, on nous dit que les petits seins sont dues à une alimentation trop riche en végétaux et trop pauvre en protéines animales (car c’est bien connus, les fraises sont faites à partir de bœuf ! ). Si on mange trop de féculents, on va ressembler à un tonneau (véridique)… Si on mange trop de protéines, on va avoir de gros seins… Non je plaisante ! On aura juste un torse de bodybuilder avec des jambes de criquet, so sexy ! Ensuite si vous mangez de tout (comme dans cette méthode ?) alors on aura une silhouette de tronc d’arbre.

 

Pour résumer :

-trop de légumes = grosses cuisses et hanches

-trop de sucre = gros sein (je file directement m’acheter un kilo de sucre blanc) et grosses fesses (moins bien…)

-trop de féculents = gros ventre

-trop de viande = grosse poitrine

-trop de gateaux (farine, sucre et gras) = gros ventre et grosses poitrine

 

Je ne sais pas vous mais moi je trouve que ces raccourcies sont un peu faciles mais bon… La suite ! la suite !

On a ensuite droit à quelques pages qui expliquent la méthode qui se résume à quatre principes fondamentaux : gras le matin, dense le midi, sucré l’après-midi et léger le soir.

 

Mais comment appliquer ces superbes principes ?

 

Lors du petit-déjeuner, on mangera donc du fromage, du pain et du beurre auxquels on pourra ajouter des œufs et de la charcuterie. Le déjeuner sera composé de viande ou de viande/poisson et de féculents ou de légumes verts dans certains cas (alors 5 fruits et légumes par jour c’est mauvais… ?). L’après-midi, on grignotera du gras végétal et des fruits ou dérivés sucrés. Le soir, on se contentera de poisson, de fruits de mer ou d’un peu de viande blanche, le tout accompagné de légumes verts. On a le droit également à deux repas joker par semaine où l’on peut se goinfrer de tout et n’importe quoi.

 

La journée type est décrite comme suit (pour une personne de 1,70m ayant un métier actif) :

 

Matinée normale : 100g de fromage, 70g de pain, 20g de beurre ; Matinée longue : 2 œufs et/ou 100g de charcuterie. Les deux petits déjeuners pourront être accompagnés de thé, café, infusion, tisane ou eau. Aucun sucre ou lait n’est autorisé et encore moins le jus de fruit… L

Les quantités seront ajustées en fonction de votre taille… Mais qu’est-il arrivé à la batterie de mesures que l’on a pris précédemment puisque finalement tout est une question de taille ?

Me concernant (1,66m), je devrais manger 90g de fromage, 65g de pain et 15g de beurre…

On nous propose également de varier nos petits déjeuners grâce à des quiches, un croque-monsieur ou encore des œufs à la coque… D’autre part, les potages (donc les légumes), formellement interdits dans ce régime car la soupe c’est mauvais pour la silhouette (c’est bien connu d’ailleurs… ?), sont autorisés le matin. Donc si vous voulez manger votre petit potage, vous pouvez lors du petit déjeuner… Un petit velouté de champignons au petit déjeuner, ça fait rêver !

 

Passons maintenant au déjeuner (toujours si on fait 1,7m) :

240 de viande rouge ou 280g de viande blanche ou 260g de charcuterie ou 4 œufs avec un petit bol (33cl) de féculents. Interdictions : entrée, salade, fromage, dessert, vin, pain. Pas de légumes au menu donc…

 

Le goûter sera composé de gras végétaux (30g de chocolat noir, ½ petit bol chinois d’olive ou de graines non salées, un avocat au sucre ou 1 grosse cuillère de beurre de cacahuète) et un fruit ou dérivé (1 petit bol chinois de fruits frais, 2 pommes cuites avec sucre ou 2/3 boules de sorbet aux fruits).

 

Le diner est quant à lui optionnel ! On ne mange que si on a faim… ben oui des fois que l’avocat au sucre ne vous aurez pas encore coupé l’appétit. Les dosages (pour 1,70m) : poisson à volonté en évitant de dépasser 100g ajouté à votre taille, donc ici 270g. Vous pouvez également manger 130g de viande maigre (soit 40g de moins que votre taille), 1 petit bol chinois de légumes verts. Interdictions : entrée, pain, salade, fromage et dessert.

 

Je vous avoue que quand j’ai lu tout ça je me suis dit, si avec tout ce gras et cette viande je n’ai pas de problème de cholestérol et de rein, ce sera un miracle. Mais bon que voulez-vous, j’avais dépensé mon argent pour les deux bouquins (l’autre livre ne fait qu’un rapide résumé de la méthode et après ce n’est que des recettes) et que Monsieur était d’accord pour faire ce régime avec moi. Nous avons donc fait notre liste de course en conséquence. Quand nous sommes passés à la caisse, on s’est dit « OUCHHH !!! ». Ben oui, la viande, le poisson et le fromage ce sont les produits les plus chers. Avec 100g de fromage par matin et par personne (en moyenne) la facture grimpe très très vite (1,4kg de fromage à nous deux pour une semaine…). On s’est dit, aller c’est pour la bonne cause.

Manger les quantités indiquées (même le salé le matin) n’a pas été un problème que ce soit pour l’un ou pour l’autre. On a fait le régime pendant une semaine. A la fin de la semaine, nous nous sommes pesés pour voir les premiers résultats ! Et les résultats il y en a eu, et pas des moindres !

J’ai pris 2,5kg en une semaine et Monsieur a perdu 1kg…

Inutile de vous dire que les résultats étaient loin mais alors très loin de ce que promettait la quatrième de couverture. En résumé, je pense que ce régime est dangereux car il prône une alimentation riche en graisses animales (cholestérol, cancers…), il met de côté les fruits et les légumes et de ce fait les fibres (transit…) et en plus il vous fait dépenser une fortune pour une alimentation excessive !!!

Y a-t-il quelque chose à retenir de ces livres ? Très franchement, non ! Ne dépensez pas votre argent là-dedans c’est de la pure arnaque. Si comme moi vous avez était faible et vous avez céder aux sirènes de la minceur sans faire d’effort, vous pouvez toujours garder les recettes de cuisine proposées dans le livre. Effectivement à défaut de faire maigrir, ça peut donner des idées quand on ne sait plus quoi faire à manger…

Bonjour et bienvenue sur mon blog !

Bonjour et bienvenue sur mon blog !

faustine

Définition du Larousse

Nymphette (nom féminin) : Très jeune fille, à l’air faussement candide et aux manières plus ou moins aguichantes.

Pourquoi ce nom « Un air de Nymphette » ? Car je ne suis plus ce que l’on appelle une très jeune fille (loin de là) mais je rêve encore de mes 18 ans… Je n’ai pas des manières spécialement aguichantes mais j’aime plaire. Donc un air, voir un tout petit air de nymphette (qui sort quand on me dit que je fais plus jeune et qui se recroqueville quand on me dit le contraire) !

Tout ceci est donc un bon point de départ sachant que je veux vous parler mode, minceur, beauté et maquillage… Ce n’est pas mes seules passions mais un blog ne suffirait pas à tout exposer.

Concernant les points qui seront abordés ici :

Je suis passionnée de mode mais comme beaucoup de jeune maman, mon budget shopping n’est pas illimité… Je vous donnerai donc mes bons plans pour être habillé chic sans se ruiner. Pour un bon look, il faut le maquillage qui va avec ! Je vous donnerai mon point de vu sur la question ainsi que quelques astuces et tuto 😉

Le sport, les régimes, les crèmes miracles pour maigrir en mode feignasse font partis de mes préoccupations. Je vous parlerai de mes découvertes sur le sujet, que ce soit les tops ou les flops !

Niveau beauté, je me bats depuis quelques mois (années ?) avec un acné hormonal qui a fait son apparition durant ma grossesse et qui ne me quitte plus depuis (Ah amour ! quand tu nous tiens :/ )… Je vous présenterai ici les quelques solutions qui me permettent de garder un visage humain et surtout de limiter la casse. Je vous parlerai également de mes cheveux qui ont beaucoup souffert mais qui se portent de mieux en mieux.

Les jupes

Définition du Larousse

Jupe : Vêtement féminin qui enserre la taille et descend jusqu’à la jambe.

Cette définition montre qu’aujourd’hui la jupe est le symbole de la féminité. Or cela n’a pas toujours été le cas… Un peu d’histoire donc….

Tout d’abord, d’où vient ce mot ? « Jupe » vient du mot arabe « djoubba » qui désigne une sorte de robe que le prophète aurait portée, et qui signifie la « veste du dessous ».

En occident, les toges et tuniques (hommes) et les péplos et chitons (femmes) portés par les Romains et les Grecs sont les ancêtres de la jupe. Ce n’est que plus tardivement, vers le IIIème siècle, quand les soldats romains commencèrent à côtoyer les peuples germaniques et celtes, que la jupe fut petit à petit abandonnée, au profit du pantalon. Toutefois, le pantalon eu longtemps une connotation « barbare » qui limita son port.

Au Haut Moyen Age, la tunique continua d’être portée, notamment dans le milieu religieux.

Vers l’an mil, les nobles adoptèrent des vêtements plus longs, laissant ainsi peu de place de distinction entre les vêtements masculins et féminins. Cependant, la pudeur obligeait les femmes à revêtir des jupes suffisamment longues pour cacher entièrement les pieds.

Vers le XIVème siècle, la longueur des robes a été raccourcie pour les hommes mais pas pour les femmes. Cette modification se poursuivit jusqu’au début du XVIème siècle où les tuniques pour hommes se muèrent progressivement en culottes, hauts-de-chausses et pantalons. La jupe devint à ce moment-là un vêtement typiquement féminin. Au XIXème siècle, la jupe à crinoline fit son apparition, faisant ainsi place à des jupes d’ampleur et de taille spectaculaires.

Dans les années 1910, la jupe commença à se modifier. Les formes et la longueur se modifia constamment pour laisser place à la minijupe en 1960. Son arrivée en France fit grand bruit et peu de personnalités du monde de la haute couture lui donna du crédit. Il a fallu attendre pratiquement dix ans pour que la minijupe soit populaire, notamment grâce à des chanteuses comme Sheila.

Malgré un engouement certain pour ce basique de la garde-robe féminine, la jupe connait un net recul par rapport au pantalon durant le XXème siècle. D’autre part, certains créateurs tentent régulièrement de réintroduire la jupe pour homme qui pour le moment n’a pas réussi à s’imposer.

En 2006, une journée de « la jupe et du respect » a été mise en place afin de sensibiliser les jeunes contre les violences existantes entre les hommes et les femmes. La jupe n’a plus seulement une vocation esthétique mais  est également le porte parole du savoir vivre et de la liberté d’expression. Elle reste malgré tout le symbole de la féminité. Les collégiennes ont abandonné la jupe depuis les années 2000 car elle est très fortement connoté « sexuelle ». D’ailleurs, n’avez-vous jamais hésité à mettre une jupe avant de sortir ? N’avez-vous jamais senti les regards désirables ou méprisables des hommes et des femmes sur votre passage ?

Pour moi la jupe est une façon de me sentir femme, belle et sexy ! Alors toutes à vos jupes, allons battre le pavet 😉

Mais attention !!!

Même si la jupe a la réputation de flatter toutes les femmes, il est important de savoir que pour chaque morphologie, le bon choix de jupe est essentiel… Suivez le guide

J’ai des hanches imposantes (c’est bon pour enfanter…)

Le principal problème de ses morphologies est de trouver la jupe qui sera moulante sans donner un effet culotte de cheval et sans bailler à la taille… Pour répondre à ces problématiques, il faut fuir les jupes à pinces ou à poches sur les côtés. Effectivement, il faut éviter de rajouter du volume là où on voudrait le faire disparaitre… La solution : la jupe taille haute ! Choisissez-les bien ceinturées, droites ou évasées. Les couleurs sombres seront également à privilégier afin de ne pas attirer le regard sur cette zone.

J’ai un bidou (toujours rapports aux enfants…ou au nutella)

Ici le principal challenge est de trouver la jupe qui habiller la taille sans la marquer et surtout sans la serrer. Quoi de plus disgracieux qu’un petit bourrelet apparent… On évite donc les jupes à pinces qui vont ajouter du volume au niveau du ventre. Les jupes taille haute trop cintrées seront également à proscrire puisqu’elles vont avoir tendance à mouler la partie basse de l’abdomen. Toutefois, si les jupes taille haute vous font quand même envie, elles restent une possibilité pour vous, à condition de les agrémenter d’une ceinture large et plate qui permet de souligner et camoufler ! Privilégier les matières fines et les couleurs sobres. On évite donc la jupe taille haute en laine jaune fluo… (Même si on n’a pas de bidon… lol).

J’ai des genoux volumineux

Les genoux volumineux peuvent être un problème avec certaines jupes et engendre un effet d’alourdissement de votre silhouette. Les coupes courtes seront à proscrire afin d’éviter de dévoiler vos genoux. Les jupes dont la longueur s’arrête pile au genou sont également à proscrire car ce type de jupe va justement mettre l’accent sur votre défaut… Une jupe droite, sous le genou sera parfaite. Attention à ne pas la choisir à mi mollet sous peine de tasser la silhouette, surtout si vous êtes petites. Les matières fluides comme la soie ou le crépon seront privilégiées. Un modèle long pourra également être porté pour un esprit bohème chic.

J’ai des jambes courtes (donc si je tombe, je ne me ferais pas bien mal… c’est déjà ça)

Le but va être d’allonger la silhouette et de donner l’illusion d’avoir des jambes de mannequin. Que de promesses !!!

Les jupes carotte (c’est-à-dire les jupes à pinces et légèrement resserrées au niveau des genoux) ou les jupes longues vont avoir tendance à tasser la silhouette. Les jupes courtes seront donc à privilégier afin de dégager la jambe au maximum. Tous les styles sont permis, droites ou évasées, faites-vous plaisir. Si vous êtres mince une minijupe ou une jupe patineuse courte pourront être osées.

J’ai un popotin rebondi (pratique pour s’assoir à l’église)

Des fesses pulpeuses ne sont pas forcément synonyme de tunique large et longue pour camoufler tout ça ! Pire encore si vous y ajouter un legging en dessous, cela ne fera qu’aggraver le problème mais nous reviendrons à cela dans un prochain article. Pour éviter de devenir le sosie officiel de Kim Kardashian niveau popotin, on zappe les jupes à poches plaquées dans le dos, les jupes ultra-moulantes et les jupes tailles hautes qui vont accentuer les volumes. On mise sur les jupes taille basse ou taille descendue, évasée et fluide. La jupe à volant est autorisée seulement si les volants sont situés sur le bas de la jupe sous peine d’augmenter le volume de votre popotin…

J’ai des jambes affreuses (la femme n’est jamais excessive)

On peut trouver ses jambes moches pour un tas de raisons : varices, vergetures, gros mollets, jambes lourdes… mais ce n’est pas une raison pour bannir la jupe de votre garde-robe. En effet, si vous éviter les jupes courtes, les longueurs genou ou mi-mollet, alors c’est gagné. Effectivement on évite les jupes qui dégage la jambe ou qui coupe la silhouette de façon peu flatteuse. En revanche, les jupes (trèèèèsss) longues, à ras du sol seront à favorisées. Attention toutefois à bien la choisir, les tissus devront être fluides et légers, pour un style hippie ou baba-cool. Ce genre de tenue sera très apprécié lors des beaux jours.

J’ai une culotte de cheval (et elle n’est pas en dentelle celle-là…)

La culotte de cheval est l’un des plus gros fléaux pour la femme car aucune tenue ne semble permettre de la cacher. Sachez que les jupes, si elles sont bien choisies, peuvent vous aider à camoufler ce défaut. On évitera donc les jupes à poches coté et les jupes trop moulantes en stretch. Les règles sont proches de celles éditées pour les hanches larges puisque le but est le même, camoufler les rondeurs. On choisit donc sa jupe fluide, dans un coton léger, une mousseline de soie ou encore du crêpe. Les jupes un peu amples ou à volants seront adoptées afin d’habiller le haut des

J’ai des grosses cuisses

Alors qu’à tort, on pense que le pantalon est la solution. Il va plutôt avoir tendance à mouler la cuisse et mettre en évidence son côté volumineux. En réalité, pour ce genre de problème, la jupe est votre ami. Enfin pas toutes les jupes, aussi on évite les jupes trop courtes et les jupes moulantes en tissu stretch. La jupe crayon n’est pas non plus idéale, sauf si elle est en toile. Choisissez plutôt une jupe trapèze ou une jupe légèrement évasée qu’on choisira dans une matière fluide pour éviter d’être saucissonné.

J’ai des jambes trop longues (holala le calvaire…lol)

Bon dit comme ça, ça n’a pas l’air si grave. Détrompez-vous car des jambes très longues peuvent être un vrai handicap car trouver des vêtements à la bonne longueur peut devenir le parcours du combattant. Une jupe normale peut devenir une ultra minijupe et semblait vulgaire donc attention ! On évite donc les jupes trop courtes qui vont montrer trop de jambes. Les jupes taille haute ne seront pas non plus idéales puisqu’elles donnent une illusion de grandeur de jambes… donc à proscrire. Toutes les autres jupes, qu’elles soient droites ou fluides, taille basse, longueur genou ou cheville, tout est permis. Par contre éviter les talons vertigineux sinon l’effet girafe est assuré !

Ma taille est trop fine (encore un problème ingérable…lol)

Comme pour les jambes trop longues, ça sent le faux problème ! Sauf que trouver une jupe dans laquelle vous ne flottez pas (sans vous habiller au rayon enfant) est difficile. Votre corps peut également sembler disproportionné si vous avez une taille hyper fine mais une poitrine généreuse et des hanches larges. Lorsque la taille est très fine, on évitera les jupes taille haute trop moulantes qui vont accentuer la finesse de votre tour de taille. Si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer, ajoutez-y une ceinture volumineuse à nœud ou à fleur pour créer une illusion de volume. On privilégiera également les jupes taille basse simple, ou à volants.